Divers

A l’étranger aussi les choses bougent…

… La preuve avec cette petite revue du web francophone.

Direction tout d’abord la Suisse, avec cet article de Bertrand Monnard paru dans Le Matin Dimanche « Les filles ne cessent de faire tomber les bastions masculins du sport« , dans la foulée de la Coupe du monde de football. En voici quelques morceaux choisis :

« Le hockey féminin se développe en Europe et en Suisse, même s’il reste loin du phénomène qu’il connaît en Amérique du Nord. Longtemps apanage des hommes, le saut à la perche est devenu l’une des disciplines les plus prisées des organisateurs de meeting grâce à l’ambassadrice de rêve qu’est Yelena Isinbayeva. Enfin, grâce à la ténacité de ses championnes, le saut à skis féminin sera enfin introduit aux JO de 2014 à Sotchi. Tout un symbole.

«Eh, t’as vu le Mondial féminin, ça joue bien et, en plus, les filles sont jolies.» Ces derniers temps, il suffisait d’écouter les discussions de bistrot. Même les machos étaient étonnés. Loin des moqueries habituelles, le foot féminin était au centre de bien des débats. Contrairement à ce qui était attendu, les stades étaient pleins, 800 000 billets ont été vendus dans ce grand pays du foot féminin qu’est l’Allemagne. » …

« Tous les clichés ont volé en éclats. Des joueuses très féminines, bien loin de cette image de garçons manqués encore imaginée par certains, et surtout un jeu rapide, spectaculaire, comme le soulignait Jérôme Latta, rédacteur en chef des Cahiers du football, dans une chronique parue dans Le Monde. «Les filles disposent de toute la gamme des gestes techniques, il y a moins d’actes d’antijeu, de simulation, le rythme est élevé. Bien sûr, ce Mondial a profité d’une exposition exceptionnelle grâce à la pause du foot masculin, mais le foot s’est découvert un deuxième sexe. L’idée a toujours prévalu qu’il ne pouvait y avoir de vrai football que celui des hommes. Un jour viendra peut-être où on ne devra plus seulement dire «Coupe du monde», mais préciser «Coupe du monde masculine.» «L’avenir du foot est féminin», avait prédit un jour Sepp Blatter, patron de la FIFA. » …

On part ensuite en Algérie, avec un article d’Algérie Presse Service intitulé « Sport au féminin : un potentiel réel qui attend son éclosion« . En voici quelques morceaux choisis :

« Dans un passé récent, le seul nom qui émergeait quand le sport féminin était évoqué est sans conteste celui de la championne olympique 1992 à Barcelone (Espagne), Hassiba Boulmerka, qui avait marqué de son empreinte l’athlétisme algérien.

Depuis l’année 2000, l’Algérie voit chaque saison, ou presque, l’émergence de nouvelles athlètes qui ont su et pu hisser haut l’étendard du sport algérien à l’étranger.

De Nouria Bénida-Merrah (athlétisme) à Soraya Haddad (judo), en passant par Baya Rahouli (athlétisme), Salima Souakri (judo), Naïma Laouadi (football), la jeune Kamilia Hadj Said (karaté), la promesse Zehra Bouras (athlétisme), sans oublier les volleyeuses de la sélection algérienne, toutes ont démontré que la pâte existait et qu’avec un peu plus de prise en charge, le sport féminin pouvait apporter encore plus à l’Algérie sur la scène internationale.

Mais les ancienne et nouvelle générations ne veulent pas que ces noms soient l’arbre qui cache la forêt et demandent plus de considération à leur égard, se plaignant également du manque d’infrastructures qui les pénalise dans leur travail. »

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s