Le sport féminin : le sport, dernier bastion du sexisme ?

Retrouvez Lucie Décosse et Gévrise Emane dans « Le sport, dernier bastion du sexisme ? »

J-7 avant la sortie de mon livre dédié au sport féminin et à la place des femmes dans le sport.

Pour fêter cela, deux championnes de judo ont pris la pose à l’Insep : Lucie Décosse et Gévrise Emane. Elles témoignent dans l’ouvrage en abordant, entre autres, la médiatisation du judo féminin, l’évolution des regards sur leur pratique ou encore leur utilisation des réseaux sociaux.

Toutes les deux espèrent monter sur la plus haute marche du podium aux prochains JO de Londres, Lucie Décosse (ci-dessus) dans la catégorie des moins de 70 kilos, Gévrise Emane (ci-dessous) dans la catégorie des moins de 63 kilos.

Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, retrouvez-moi cet après-midi pour un chat sur le site Internet du quotidien 20 minutes pour parler de sport féminin et de la place des femmes dans le sport : médiatisation, salaires, sexisme… J’attends vos questions !

Actualisation : retrouvez ici l’intégralité du chat sur le site de 20 minutes.

Publicités

8 réflexions au sujet de « Retrouvez Lucie Décosse et Gévrise Emane dans « Le sport, dernier bastion du sexisme ? » »

  1. Je pense qu’une partie du problème est que le sport reste le seul bastion de notre société où la primauté du sexe « fort » reste reconnue.
    Dans tous les autres domaines, toutes les barrières contre les femmes ont été levées même si l’égalité concrète n’est pas encore, loin s’en faut, acquise.
    Le muscle est ce qui reste à l’imaginaire macho. On tient pour une vérité d’évangile à la supériorité physique du mâle et à la faiblesse génétique de la femme. On lui a concédé avec difficulté qu’elle avait un cerveau aussi performant alors admettre en plus qu’elle peut rivaliser dans les performances physique du sexe fort dans beaucoup de domaine du corps est une horreur sans nom.

    Pour casser cette ultime barrière il faut renforcer la base de recrutement des futures championnes, renforcer l’esprit de compétition des jeunes femmes, promouvoir la pratique féminine en priorité dans les sports dit masculins pour casser l’image « genrée » du sport, développer les entrainements mixtes filles/garçons et, quand c’est possible, aussi les compétitions.

    Je me souviens dune amie qui, il y a quelques années, m’avait dit, alors qu’elle pratiquait régulièrement le judo depuis quelques années, que la première fois où elle avait battu très nettement dans un randori devant le professeur et plusieurs ami(es) du club un mec beaucoup plus grand et lourd qu’elle et de ceinture comparable elle s’était sentie tout d’un coup différente ainsi que le regard des autres sur elle.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s